Qualiteconstrution.com

Vous souhaitez obtenir une maison dont la construction est de qualité et qui ne consomme pas ou peu d'energie ? Deux solutions se présentent à vous et le choix dependra bien évidemment de votre budget et de votre planning. La première, connu est privilégié en général par les jeunes familles : l'achat d'une maison neuve par le biais d'un constructeur ou d'un spécialiste. L'avantage de cette première solution est que les constructeurs sont soumis à des normes et reglementation qui leur impose un certain niveau de performance. La reglementation en vigueur est la RT2012, et impose d'obtenir un logement dont la consommation doit être inférieure à 50kw/m³/an. En revanche, le choix des techniques et des matériaux est laissé libre tant que ce niveau de consommation est atteint. L'autre solution va consister à rénover une maison existante, que vous possésez ou que vous compter acquérir. Cette solution est moins contraignante que la construction neuve puisqu'elle peut être réalisée par lot de façon à moduler son budget. L'avantage, c'est que vous avez parfaitement le choix des techniques et des matériaux de façon à pouvoir largement dépasser les exigences de la reglementation thermique en vigueur. Même si cela est compliqué dans beaucoup de cas, il est même possible d'atteindre en rénovation les mêmes niveaux de consommation que les maisons passives. Le principal levier va se situer au niveau de l'isolation thermique de la maison car comme on le sait, l'energie la moins chère est celle que l'on ne consomme pas. Quelles sont les zones prioritaire à traiter dans une maison ?

Isolez vos combles ou votre toiture

Qu'ils soient aménagés ou perdus, concentrez-vous sur l'isolation des combles (ou de la toiture), la zone haute de votre maison. La chaleur monte, et c'est donc par le toit qu'on estime à plus de 30% les deperditions energétiques d'une habitation. Soufflage, isolant sous rampant, sarking. De nombreuses techniques existent à choisir en fonction de l'utilisation des combles. Il est également possible de réaliser une modification de charpente pour que des combles perdus puissent devenir aménageables.

Les murs : de 15 à 20% de perte

Les murs viennent ensuite prendre le relais sur le niveau des derperditions. En fonction de la qualité et des matériaux utilisé (brique, parpaing, béton, pierre), les pertes peuvent aller jusqu'à 20% en cas d'isolation defaillante ou inexistante. Si les règles d'urbanisme, de voisinage, ainsi que les contraintes propres à votre maison, privilegiez sans hésitation l'isolation thermique par l'exterieur. En créant un véritable manteau isolant autour de votre maison, vous allez gagner en performance toute en supprimant la majorité des ponts thermiques (voir le site http://www.pont-thermique.fr). Dans le cas contraire, il faudra se rabattre sur l'isolation intérieur des murs. Heuresement, les isolants ont enormement progréssés en 10 ans, et ils offrent maintenant d'excellente performance, meme en ITI.

Fenêtre et ventilation : +/- 15% de deperdition.

Les menuiseries ainsi que la ventilation d'une habitation peuvent produire environ 15% de perte. Il faut donc s'y intéresser également lorque l'on souhaite réaliser des économies d'energie. C'est également un excellent levier pour améliorer son confort intérieur (thermique comme acoustique pour les fenêtres). A savoir : la ventilation ne doit pas être négligée et doit impérativement être prise en compte dans un projet global d'isolation. En effet, la création d'une enveloppe thermique va nécessairement avoir un impact sur l'étanchéité à l'air. Si la ventilation est négligée, il est fort probable de se retrouver avec d'important problème d'humidité, faute d'évacuation de la vapeur d'eau dégagée via l'utilisation normale d'une maison (douche, cusine, respiration et sudation des occupant, machine à laver, etc.)

Vous souhaitez en savoir plus ? Rendez vous sur le site kelisol.fr pour obtenir 5 devis gratuits et connaitre tous les prix d'isolation

http://interdiction-cheminee.fr